Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 11 avril 2018

Pour frapper, la France face à ses limites

Depuis ce matin, des avions spécialisés (ravitailleurs, renifleurs, awacs) sont à l'oeuvre au large ou
sur la route de la Syrie, ce qui précède souvent chasseurs et bombardiers. Côté français, il faut faire dans la modestie, car face à un pays qui n'est ni la Chine, la Russie (ou une quelconque puissance moyenne), il y a du répondant en face. Il est donc prudent d'y aller sur des oeufs d'autant que face aux S-300 et S-400 :
. La France n'a plus de capacités de brouillage offensif depuis le retrait du Jaguar (2005),
. La France n'a plus d'armement antiradar depuis le retrait du Jaguar (2005). Ces deux déficits capacitaires ont été régulièrement notés sans que rien ne soit fait pour y remédier, ces systèmes sont pourtant "différenciants" et permettent l'entrée en en premier, y compris en autonome. Ce qu'oublient régulièrement les jolis briefings et documents parlementaires.
Certes, son allié américain est légèrement mieux outillé.
Certes, l'armée de l'air a, en contrepartie, fait du progrès, et détient des missiles de croisière dotés d'une charge brisante, et d'un mode de guidage redondant. En plus, sur les Scalp-EG, il y a du stock, ce qui n'est pas encore tout à fait le cas des missiles de croisière naval (MdCN).
Le porte-avions n'est pas de la partie : il n'est pas capable de repartir en opérations avant le début 2019.
Les sous-marins français ne sont pas dans le coup non plus, en tout cas pas pour frapper. Les SNA Rubis n'ont "que" des Exocet, certes avec une petite capacité anti-terre, mais pas, a priori, dans la bulle recherchée. Le premier sous-marin capable de tirer, comme ses homologues britannique et russe, des missiles de croisière est encore dans son berceau. Et sa livraison n'est pas attendue... tout de suite (je préfère cette formule à une date qui n'a pas cessé de reculer).
Il faut aussi le rappeler au passage, les frégates qui portent ces MdCN cumulent plusieurs soucis : un équipage réduit vivant dans un navire mal stabilisé, et dont les silos doivent se partager entre Aster et MdCN. Un passage un peuu bas d'un avion frappé de l'étoile rouge a, comme a rappelé mon confrère Jean Guisnel, mis en valeur l'intérêt de ne pas tout miser sur le même cheval. En outre, les stocks de MdCN ne sont pas pas très élevés, la faute aux dividendes attendus de la paix, en début de décennie.
Bref, il ne faudra pas tirer trop sur la gâchette. En outre, ce sera le baptême du feu pour cet engin pas supersonique, donc interceptable. Un missile intercepté n'arrive pas au but, mais en plus, il peut s'écraser sur un site civil. Un Scalp-EG, lui, avait préféré une verte prairie, lors d'un tir précédent.
Certes, il est toujours possible de ne rien faire. Mais comme écrit à plusieurs reprises sur ce blog, Emmanuel Macron a une autre vision de son rôle que son prédécesseur. Il n'y a donc jamais eu doute sur le fait qu'il appuiera sur le bouton rouge.

Mes infops et photos sur le twitter @defense137.