Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 28 mai 2010

OTAN : les réalités, derrrière le symbole

Que "rapportent" les 600 Français insérés à l'OTAN ? Cette question, lancinante, et sa contrepartie (leur coût budgétaire), n'a pas trouvé toutes les réponses attendues, hier, avec une présentation du général Stéphane Abrial, SACT, mais aussi et donc Français le mieux placé, dans l'organigramme de l'OTAN.
L'ancien CEMAA français a bien rappelé qu'être dans une structure, c'est peser nettement mieux qu'être à l'extérieur. Mais les références citées par le patron de la transformation sont assez difficiles à palper de ce côté-ci de l'Atlantique, même si le général explique les avoir conquises de haute lutte. Le général Abrial a notamment cité la participation de la DGA à un programme d'exploitation en temps réel de l'imagerie vidéo et un projet de mise en réseau des laboratoires technico-opérationnels (LTO).
De même, pour illustrer le caractère concret de SACT, a-t-il rappelé l'ouverture des Etats-Unis vers leurs alliés, pour mieux lutter contre les IED, avec des promesses de fournitures de MRAP, et une meilleure diffusion de l'information sur les engins explosifs improvisés.
Ces avancées ont laissé cependant assez sceptiques et perplexes les quelques journalistes spécialisés présents. Tout comme les industriels français qui se hasardent à évoquer le sujet n'ont pas le sentiment d'avoir plus percé les marchés OTAN depuis un an, l'organisation restant très, pour ne pas dire totalement marquée par l'empreinte américaine.
Le bilan opérationnel est-il meilleur ? Si certains voient des avancées sectorielles très nettes, notamment dans le domaine des forces spéciales -mais n'est-ce pas dû aussi et avant tout à la qualité de nos UNITREP ?-, on peut aussi constater de sévères régressions. La plus évidente se situant dans le domaine de la communication, où la France a accepté de l'ISAF (1) des conditions iniques, qui empêchent, concrètement, à un journaliste français de couvrir les opérations en Afghanistan sans renoncement à ses valeurs les plus élémentaires. Une capitulation en règle, que la France a déjà payé, et qui laissera des traces.

(1) une coïncidence qui ne peut pas manquer de troubler : après que j'ai expliqué les conditions plus qu'étonnantes que l'ISAF impose à la presse pour couvrir les opérations, l'ISAF m'a envoyé les bilans d'activité non plus en anglais, mais en dari.